GUIDE IMMOBILIER 6 min de Lecture | Janvier 2022

Comment mettre toutes les chances de son côté pour que son offre d’achat soit acceptée ?

Sommaire


    Vous avez eu un coup de cœur pour un bien et souhaitez faire une proposition pour vous positionner ? Vous devez formuler une offre d’achat ! Un acte juridique qui enclenche le processus de transaction immobilière à condition que l’offre soit acceptée par le vendeur. Face à la concurrence entre acquéreurs dans un marché immobilier actuel tendu, il faut réussir à sortir du lot !

    Comment mettre toutes les chances de son côté pour que l’offre soit acceptée par le vendeur ? À quoi vous engage l’offre d’achat ? Homki vous livre tous les conseils pour optimiser cette étape primordiale. 





    Comment faire une offre d’achat immobilier ? 

    Vous venez de visiter un bien et vous souhaitez vous positionner pour l’acheter ? S’il répond à vos attentes, vous devez en premier lieu écrire une offre d’achat. Si vous la formulez à l’oral, elle n’aura pas de valeur juridique. Le document écrit, quant à lui, constitue un contrat juridique

    L’offre d’achat permet d’exposer votre volonté, en tant que potentiel acquéreur, d’acheter le bien d’un propriétaire à un prix donné et selon des conditions précises. Elle vous engage ainsi à acheter le bien, dès lors que le vendeur l'accepte ! Lorsqu'un bien est en vente par l'intermédiaire d’une agence immobilière, c’est le propriétaire qui accepte ou non l’offre. Excepté dans les rares cas où le vendeur a signé un mandat de représentation, le conseiller immobilier a un rôle d’entremise et ne doit pas prendre de décision à la place de son mandant. 

    Négocier le prix : faire une offre au prix, ou en-dessous du prix ? 

    Si vous désirez acheter un bien immobilier, vous devez faire un choix entre faire une offre au prix ou tenter de proposer un prix en-dessous du prix de vente. Cela va de soi, parfois, le budget d’achat ne permet pas de proposer une offre au prix (qui est ainsi hors de votre budget). En effet, il faut penser aux frais qu’engendre l’achat immobilier : frais du crédit, frais de notaire, assurance, taxe foncière, charges etc.

    Il est ainsi recommandé de visiter des biens à des prix compris dans votre budget afin d’éviter toute déception si la banque refuse le financement ou si l’offre d’achat en dessous du prix est refusée par les vendeurs. 

    Que mettre dans son offre d’achat ? 

    Bien qu’elle constitue un document juridique, il n’existe aucune contrainte légale quant à sa forme. Néanmoins, pour tenter de se démarquer des autres acquéreurs, mieux vaut présenter un document complet. Et ne pas oublier :  

    • Votre identité et vos coordonnées 

    • La désignation du bien : appartement ou maison ;

    • La date de l’offre ;

    • Le prix que vous proposez ;

    • La durée de validité de l’offre (généralement d’une ou deux semaines) ;

    • Les modalités de réponse pour le vendeur (lettre recommandée avec accusé de réception ou par voie d’huissier) ;

    • Les conditions de financement (prêt bancaire ou apport personnel)

    • Une ou plusieurs conditions suspensives : si vous devez souscrire un crédit immobilier pour financer le bien, vous devez en informer le propriétaire ( avec la condition d'obtention de prêt).


    Demander conseil à un professionnel de l’immobilier 

    Si le propriétaire du bien que vous convoitez a mandaté un agent immobilier pour la vente de celui-ci, n’hésitez pas à faire appel à ses compétences. Un professionnel de l’immobilier connaît, en principe, les rouages de l’immobilier et sait parfaitement comment rédiger une offre d’achat. Étant chargé de la vente du bien en question, il vous informera également sur ces différents points 

    • si vous êtes plusieurs acheteurs intéressés,

    • si, selon lui, il est possible de négocier le prix,

    • si le prix proposé est acceptable et susceptible de convaincre le propriétaire,

    • si les vendeurs sont pressés

    • si votre dossier est suffisamment solide pour convaincre le propriétaire.


    Le vendeur, après avoir reçu l'offre, peut l'accepter, la refuser ou réaliser une contre-offre d’achat immobilier.

    Mettre toutes les chances de son côté en personnalisant son offre

    Au-delà de la situation financière qui doit s’avérer rassurante pour le propriétaire-vendeur, il est conseillé d’installer une relation de confiance avec l’agent immobilier si c’est avec lui que vous êtes en contact. 

    Dans la même idée, si c’est une vente entre particuliers, il est important de prouver votre motivation, votre sérieux et bien vous entendre avec le vendeur. En général, vendre un bien immobilier n’est pas une étape facile pour un propriétaire. Il faut que ce dernier ait une bonne impression quant à votre profil et bien évidemment vos capacités financières. 


    Rassurer le vendeur avec une lettre de confort (attestation de financement)

    Afin de rassurer le propriétaire, et même l’agent, sur votre capacité de financement et votre sérieux, vous pouvez ajouter à votre offre d’achat une lettre de confort. Cette lettre doit être rédigée par un banquier ou un courtier qui aura au préalable étudié votre situation financière et simulé votre prêt immobilier. Cette attestation de financement a un rôle purement informatif et n’a rien d’officiel. Pourtant, elle peut considérablement changer la donne quant à votre offre

    Faire une lettre de motivation 

    Il est d’usage de rédiger une courte lettre de motivation pour expliquer au vendeur les raisons pour lesquelles vous souhaitez acquérir ce bien. Cela peut faire la différence ! Surtout si la maison ou l’appartement a suscité beaucoup d’intérêt (autre que le vôtre). Que vous parliez de votre projet de vie, des atouts du bien, ou de votre simple coup de cœur : n’hésitez pas à vous confier pour tenter de toucher le vendeur

    En tant qu’acquéreur, à quoi engage-t-elle ? 

    Lorsque vous avez rédigé une offre d’achat qui a été acceptée, vous êtes engagé à acheter le bien. Il n’existe pas de délai de rétractation après l’envoi de l’offre d’achat, ce qui veut dire que vous êtes engagé juridiquement, si celle-ci est acceptée, à signer l’avant-contrat : promesse de vente ou compromis de vente. C’est à cette étape de la transaction que les conditions suspensives seront officiellement rédigées. 

    Néanmoins, pas de panique : on ne vous forcera pas à acheter un bien. Si vous en êtes à l’offre d’achat, vous pouvez partager votre volonté de vous rétracter et en discuter avec l’autre partie, voire avec l’agent mandaté. Cela peut se régler à l’amiable. Sinon, en tant qu'acquéreur (seulement), vous bénéficiez d'un droit de rétractation de 10 jours à compter de la réception de l'avant-contrat, compromis ou promesse de vente. Le délai court dès lors que le dossier est complet. À ce moment-là, vous pouvez vous rétracter sans perte financière, en récupérant votre indemnité d'immobilisation ou dépôt de garantie. La vente sera annulée et le contrat sera caduque. Néanmoins, il est préférable d'exposer votre souhait d'annuler votre achat avant cette étape. 



    Les points à retenir

    • Vous pouvez ajouter à l'offre une courte lettre de motivation pour expliquer votre projet au propriétaire et mettre toutes les chances de votre côté.
    • Demandez conseil à l'agent immobilier si le propriétaire a mandaté un professionnel.
    • Montrez votre sérieux grâce à l'attestation de financement de la banque (lettre de confort).
    Cet article vous a-t-il été utile ? Oui Non
    Cet article vous a-t-il été utile ? Non Oui

    Cela pourrait vous intéresser

    Voir tous les guides
    Vendez votre bien.
    3 900€ de frais fixes.
    Homki s’occupe de tout !
    Découvrez notre offre