GUIDE IMMOBILIER 5 min de Lecture | Mai 2022

Négociation immobilière : nos conseils pour une négociation réussie

Sommaire

    Vous avez trouvé le bien immobilier idéal qui correspond à vos attentes mais son prix dépasse votre budget ? Une seule solution s’impose à vous : la négociation. En effet, il est plutôt rare qu’un bien se vende au prix annoncé au départ. Cependant, cette phase n’est pas toujours simple à aborder et implique des connaissances. Mais surtout, la négociation se doit d’être bien préparée en amont de toute offre d’achat. Alors comment négocier le bien que vous convoitez à un prix plus bas ? Homki vous donne ses conseils pour une négociation réussie.

    réussir sa négociation

    Se renseigner sur le marché local

    Pour envisager toute négociation, il est primordial de se renseigner sur les tendances des prix du marché. Connaître l’estimation au mètre carré dans la ville où se trouve le bien convoité ne suffit pas puisque le prix de vente dépend essentiellement de la localisation. En effet, les biens qui se situent dans des quartiers plus attractifs que d’autres auront des prix de vente bien plus élevés.

    D’autres facteurs jouent également un rôle déterminant dans le prix d’un bien immobilier, notamment la proximité avec des lieux de services tels que les commerces ou les écoles, ou encore le réseau de transports en commun. Il s’agit donc de bien prendre en compte l’environnement d’un bien pour pouvoir évaluer son prix. Comparer avec des biens similaires concurrents peut également être une méthode efficace pour savoir si celui que vous convoitez est surévalué ou non. Pour vous faire l’estimation la plus objective possible, les sites de petites annonces ou les sites d’annonces immobilières peuvent vous aider. 

    Se renseigner sur le vendeur 

    Il est pertinent, lorsque vous voulez négocier, de bien connaître les motivations qui animent le vendeur auquel vous faites face. Vous devez savoir pourquoi celui-ci souhaite se séparer de son logement et depuis quand le bien est en vente. En effet, si le vendeur est pressé de partir et souhaite obtenir une offre d’achat rapidement, alors il sera sûrement plus enclin à une négociation. 

    Connaître les marges de négociation 

    Le plus souvent, un bien immobilier ne se vend pas au prix annoncé lors de la mise en vente car il est soumis à une phase de négociation grâce à laquelle le nouvel acquéreur réussit à faire baisser son prix. Généralement, la marge moyenne de négociation oscille entre 2,6 et 10,4 % du prix de vente annoncé. De nombreux facteurs entrent en compte dans le taux moyen de négociation, notamment la ville, l’attractivité du quartier ou encore le fait de se retrouver en zone rurale ou urbaine. Cependant, chaque vente est unique et il est difficile d’estimer le taux parfait de négociation. 

    Attention, dans les zones où l’indicateur de tension immobilière est élevé, comme Paris par exemple, la négociation immobilière est très rare. 

    Identifier les faiblesses du logement 

    Repérer les faiblesses du bien que vous convoitez vous permettra de déterminer votre marge de négociation. En effet, de nombreux éléments peuvent représenter des atouts dans le phase de négociation et donc engendrer une baisse du prix de vente, notamment : 

    • Un environnement bruyant 
    • Des travaux à effectuer 
    • Une mauvaise exposition des pièces principales 
    • Un mauvais diagnostic de performance énergétique 
    • Absence de parking ou d’ascenseur 
    • Mauvais agencement des pièces 
    • Et d’autres… 

    N’hésitez donc pas à effectuer plusieurs visites du bien avant de vous lancer dans une proposition. 

    Connaître les règles de négociation 

    L’objectif d’une négociation en immobilier est, pour l’acheteur et le vendeur, de s’accorder sur un prix objectif. Avant de négocier, vous devez déterminer trois prix différents :

    • Le prix de vente annoncé par le vendeur 
    • Le prix maximal que vous souhaitez dépenser 
    • Un prix inférieur 

    Déterminer un prix inférieur à celui que vous êtes prêt à dépenser pour le bien vous permettra de vous mettre plus facilement d’accord avec le vendeur. En effet, si le prix de vente annoncé par le vendeur était de 180 000 euros et que le prix maximal que vous souhaitez dépenser s’élève à 170 000 euros, alors énoncez un prix plus bas, 160 000 euros par exemple. De cette manière, le vendeur estimera que ce prix est trop bas et pourra de lui- même vous proposer un entre deux de 170 000 euros. De ce fait, vous tomberez donc d’accord. Attention, il peut arriver que le vendeur refuse votre offre d’achat s’il estime que vous n’avez pas les capacités financières suffisantes et ainsi, vous perdrez la possibilité d’acheter ledit bien. 

    Donner confiance au vendeur 

    Il est primordial de donner au vendeur des raisons de vous faire confiance. Pour cela, votre solvabilité financière sera un atout majeur pour réussir votre négociation car elle est un gage de sécurité non négligeable pour le vendeur. Mettre en avant votre capacité et votre solidité financière pourra donc jouer en votre faveur. Le fait que vous disposiez d’un apport financier ou que vous ayez déjà obtenu l’accord de la banque pour votre prêt immobilier représente alors une offre sérieuse aux yeux du vendeur. 

    De plus, la vente de son bien représente forcément un moment sentimental pour le vendeur, celui-ci sera donc plus enclin à accepter une offre venant d’un acquéreur qui lui paraît digne de confiance. 

    Faire appel à un négociateur immobilier 

    Négocier n’est pas chose aisée et demande une certaine connaissance dans le domaine. Si vous ne vous sentez pas de faire cela vous-même, alors vous pouvez faire appel à un négociateur immobilier qui, lui, est expert en la matière. Si celui-ci réussit sa mission, alors la réduction obtenue sur le prix de vente vous permettra non seulement de couvrir les frais de recours au négociateur mais vous laissera également un bénéfice non négligeable. Généralement, si le bien que vous convoitez est en vente par l’intermédiaire d’une agence immobilière, alors le conseiller immobilier sera là pour vous accompagner lors de cette étape essentielle. 



    Les points à retenir

    • La négociation est une étape importante qui doit être préparée en amont.
    • Il est primordial de se renseigner sur le marché local et sur les motivations qui incitent le vendeur à se séparer de son bien.
    • Identifier les faiblesses du logement peut permettre d'avoir de bons arguments lors de la négociation.
    • Il est nécessaire de donner confiance au vendeur, notamment en mettant en avant votre solvabilité financière.
    • Négocier nécessite de une certaine connaissance dans le domaine, vous pouvez donc déléguer ce rôle à un négociateur immobilier si vous ne vous en sentez pas capable.
    Cet article vous a-t-il été utile ? Oui Non
    Cet article vous a-t-il été utile ? Non Oui

    Cela pourrait vous intéresser

    Voir tous les guides
    Vendez votre bien.
    3 900€ de frais fixes.
    Homki s’occupe de tout !
    Découvrez notre offre