GUIDE IMMOBILIER 8 min de Lecture | Février 2021

Checklist de la visite en 5 étapes

Sommaire

    Hormis les experts de l’immobilier, en tant qu’acquéreur, il est rare d’être réellement prêt à inspecter l’appartement ou la maison que l’on visite.  Afin d’ éviter toute mauvaise surprise après l’achat du bien ou dans la prévision éventuelle de travaux, il est essentiel de parfaitement s’informer sur le bien en étant averti des questions à poser. N’oubliez pas qu’un expert immobilier peut vous aider à  mettre en lumière des éléments auxquels vous n’auriez pas pensé. Scruter, mesurer, évaluer : grâce à la checklist Homki, vous allez connaître l’intégralité des points de vérification de votre première visite. Et désormais, plus rien ne vous échappera !


    Checklist de la visite en 5 étapes - Homki

    S’informer sur l’environnement du bien avant de le visiter

    En vue de vous projeter dans un achat immobilier, vous devez vous renseigner sur le quartier ou les environs du bien. Il ne faut pas vous précipiter pour visiter un logement situé dans un endroit qui ne correspondrait pas à vos critères. Pensez à optimiser votre temps  ! Car même si un bien peut totalement se transformer grâce à des travaux de rénovation, la localisation, elle, ne bougera jamais. Pensez également à la revente.  Il faut prendre le temps de se balader pour constater les environs immédiats du bien : les transports à proximité, les commerces, les espaces verts et le stationnement. Ne pas hésiter à poser les bonnes questions, au propriétaire, au locataire ou à l’agent.  Y a-t-il des  projets d’aménagement dans les environs ? Quelle réputation a le quartier ? Un bien dans un quartier malfamé sera difficilement revendable… 

     Il faut vérifier, si l’on a besoin de calme, que le logement ne soit pas en face d’une école, par exemple, ou près d'une autoroute, d’un boulevard, d’un bar ou d'un restaurant. Les nuisances sonores pouvant être rédhibitoires pour certaines personnes. Si les environs vous conviennent, et que le prix est adapté, vous pouvez alors visiter le bien. 

    Effectuer un premier tour

    La première erreur de l’acquéreur est de se précipiter lors de la visite : ne pas oser poser les bonnes questions. L’achat immobilier constituant un investissement important, il ne faut pas lésiner sur les détails. Avant tout, il faut s’assurer que l’appartement, ou la maison, est conforme à ce qui était indiqué dans l’annonce immobilière. Dès lors, vous pouvez faire un premier tour afin de découvrir ce qui sera, potentiellement, votre futur lieu de vie. Constatez la superficie et le nombre de pièces, vérifiez s’il y a un balcon, une terrasse ou un jardin. Arrivez-vous à vous projeter dans ce logement ?  En principe, c’est à ce moment-là que vous ressentez ce fameux “coup de coeur”. Puis, parfois, le premier tour est décevant mais il permet de déceler le potentiel d’un bien peu mis en valeur.  Étant donné que chaque détail a son importance, vous pouvez exiger de visiter l’intégralité des lieux liés à la vente du bien tels que la cave ou le garage. Lors du premier tour, vous pouvez constater si les pièces sont bien distribuées et si l’espace est optimisé. L’agencement est important, il ne faut pas oublier de garder un esprit pratique. Par exemple, faut-il traverser une chambre pour accéder à la seule salle de bain ? Ne vous laissez pas influencer par la présence éventuelle du vendeur. 

    Scruter le bien immobilier

    Bien qu’il soit largement admis que la première impression est toujours la bonne, il faut toujours se méfier et rester vigilant. Que ce soit pour le confort, la santé, l'éco-responsabilité, la sécurité ou le budget travaux, l’acquéreur doit faire attention à un grand nombre de critères lorsqu’il visite un bien. C’est l’étape essentielle de notre checklist !

    L’expert immobilier est également en mesure de prodiguer des conseils. Sachez qu’il est préférable de visiter la journée afin d'analyser la luminosité naturelle: demandez l’exposition et n’hésitez pas à vérifier l’orientation avec une boussole. Renseignez-vous sur les principaux types de vitrages et l’isolation phonique, vérifiez l’état des murs et des sols. Beaucoup d’acquéreurs n’y pensent pas forcément mais il est également conseillé de scruter les plafonds

    Des taches d’humidité peuvent traduire un dégât des eaux qui pourrait entraîner des travaux coûteux. Il est intéressant de questionner le vendeur sur le type de chauffage et le système de production d’eau chaude, sont-ils collectifs ou individuels ? Le système de ventilation est à vérifier également. Ventilation naturelle, VMC simple flux, VMC double flux ? La salle de bain et les WC sont-ils équipés d'une fenêtre ou d’une bouche de ventilation ? La cuisine est-elle équipée d'une hotte aspirante ?

    Chaque détail a son importance

    Reparlons des nuisances sonores. Lors de la visite, soyez attentifs aux bruits gênants de l'appartement et n’hésitez pas à demander. Testez vous-même en demandant le silence, puis avec les fenêtres ouvertes, ou fermées. 

    Contrôlez l'état général des fenêtres : sont-elles bien étanches à l'air et à l'eau ?

    Visuellement, il semble difficile pour l’acquéreur d’analyser l’état de l'électricité du bien surtout si l’on ne s’y connaît pas. Néanmoins, vous pouvez au préalable constater par vous-même et poser des questions. Avant tout, le tableau électrique et les prises électriques paraissent-ils en bon état ? Sont-ils en état d’usage ? Le bien possède-t-il assez de prises dans chaque pièce ? Pour donner un ordre d’idée, la norme NF C 15-100, pour les logements neufs, préconise 3 prises minimum pour les chambres, 5 pour le séjour et 6 pour la cuisine. Vous pouvez également vérifier l’état du réseau mobile et demandez si le logement est équipé de la fibre optique. Attention également à la plomberie, souvent laissée de côté lors des visites, qui peut engendrer des coûts très importants.  Pas de panique, l’acquéreur ne doit pas nécessairement être plombier pour examiner l’état de la plomberie du bien. Il suffit de vérifier les arrivées d’eau, et constater qu’il n’y a pas d’éventuelles traces d'humidité ou de tâches sur les murs. Renseignez-vous auprès de l’agent ou du propriétaire sur l’état du chauffe-eau.

    N’oubliez pas de regarder si le bien a assez de rangements et demandez les équipements restants comme les équipements de cuisine, les meubles de la salle de bain, les climatiseurs. En effet, ils évitent des frais conséquents et “les meubles incorporés”;  peuvent être déductibles des frais notaire.

    Pensez à demander les différents diagnostics techniques comme le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) du bien, les diagnostics plomb et amiante. Ils constituent des informations très importantes et permettent de se mettre à l’abri de la majorité des potentiels vices cachés du bien immobilier. Sachez que s’ils ne sont pas présentés lors de la visite, le vendeur est obligé de les fournir lors de la signature du compromis de vente.

    Précisions pour un appartement

    En vue d’un projet d’installation dans un immeuble, il est absolument essentiel que l’acquéreur s’informe sur la copropriété. Vous pouvez ainsi demander le carnet d'entretien de l’immeuble, les derniers procès-verbaux d’assemblée générale qui peuvent contenir les projets de travaux, et vous renseigner sur les charges de copropriété. N’oubliez pas de demander l’état de santé de l’immeuble et les procédures juridiques en cours. Il est également opportun de s’informer du montant de la taxe foncière et de la taxe d'habitation, bien que cette dernière soit proportionnelle aux revenus de chacun.

    Informez-vous sur l’immeuble, son âge de construction, son état général ainsi que l'état des parties communes. Possède-t-il un ascenseur, un gardien ? Inspectez la propreté, et demandez s’il y a un service de ménage. Concernant la sécurité, demandez s’il y a un digicode, une clé ou une entrée libre et vérifiez l’état de la porte d’entrée. Vous pouvez également demander à un habitant de l’immeuble ses ressentis quant à la gestion de celui-ci et son environnement.  

    Précisions pour une maison

    Une maison peut également faire partie d’une copropriété. A l’instar d’une visite d’un appartement, il est important de demander des renseignements sur celle-ci ainsi que les charges sous-jacentes. Si elle appartient à un lotissement, vous devez vous informer de la teneur du règlement de lotissement et du cahier des charges qui impose des règles strictes. 

    Concernant la maison, est-elle sécurisée par un système d’alarme ? L’accès à celle-ci est-elle protégée ? S’il y a un garage, est-il facile d’accès et adapté à la taille de vos véhicules ? Vous devez vérifier les murs extérieurs, regarder s’il y a des fissures pour détecter des malfaçons de construction. Analysez l’état des volets et de la toiture. Vérifiez également si les planchers sont bien plats et réguliers et s’il n’y a pas de problème d’humidité, signe de problème de solidité de la structure. Se rendre dans les combles permet de vérifier les possibles problèmes d’infiltration. En ce qui concerne l’évacuation des eaux usées, il faut que le propriétaire confirme le raccordement de la maison au réseau d’assainissement. Ou si elle possède une fosse septique, qu’elle soit aux normes. L’acquéreur peut ainsi demander le rapport d’expertise de la SPANC (Service public d'assainissement non collectif). La maison a un terrain et vous rêvez d’une piscine ? Demandez directement si le terrain est piscinable !  Après la visite, si le bien vous intéresse, vous pourrez demander le plan local d’urbanisme (le principal document de planification de l'urbanisme).

    Si vous êtes passé à côté de certaines recommandations et que vous décelez des défauts après achat, vous pouvez être protégé. Vous n’auriez pas acheté ce bien si vous aviez connu ces défauts ou à un prix beaucoup plus faible ? Vous pouvez alors saisir la justice. Soit pour vice caché : un défaut dont le propriétaire n’avait pas forcément connaissance au moment où il décide de vendre le bien. Soit pour dol : le propriétaire avait connaissance du problème et il ne vous en a pas informé. Toutes ces recommandations vous paraissent inquiétantes et vous ne vous sentez pas capables de vérifier tout cela par vous-même ? Alors n’hésitez pas à vous faire aider par un agent immobilier qui vous conseillera grâce à son expertise. Cela vous garantit une tranquillité d’esprit.

    Les 5 points à retenir

    • Se renseigner sur le quartier ou les environs du bien
    • Faire un premier tour pour voir si l’on arrive à se projeter
    • Scruter le bien, regarder chaque détail et poser les bonnes questions
    • S’informer sur la copropriété
    • Vérifier la sécurité de la maison, les malfaçons de construction et le réseau d’assainissement

    Cet article vous a-t-il été utile ? Oui Non
    Cet article vous a-t-il été utile ? Non Oui

    Cela pourrait vous intéresser

    Voir tous les guides
    Vendez votre bien.
    2 990€ de frais fixes.
    Homki s’occupe de tout !
    Découvrez notre offre