GUIDE IMMOBILIER 6 min de Lecture | Mai 2021

Compromis de vente : peut-on se rétracter ?

Sommaire

    L’achat immobilier est encadré par des règles juridiques strictes. Le compromis de vente, étape la plus importante du processus d’achat immobilier, scelle les conditions de transactions qui seront inscrites dans l’acte authentique de vente. C’est une promesse synallagmatique de vente car il engage les deux parties lors de l’achat immobilier, à la différence de la promesse unilatérale de vente qui n’engage que le vendeur. Alors que l’acquéreur bénéficie de 10 jours après la signature du compromis pour se rétracter, le vendeur quant à lui, ne peut pas se dégager de son engagement. Homki vous explique les règles et conditions de la rétractation lors des étapes liées à la vente d’un bien immobilier.

    Un homme signe un compromis de vente

    Le vendeur peut-il se rétracter avant le compromis de vente ?

    Avant la signature du compromis ou de la promesse de vente, a lieu l’offre d’achat. L’acquéreur expose son envie d’acheter le bien au prix de vente, ou bien il tente de proposer un prix inférieur. L’offre écrite est un acte juridique à part entière qui engage l’acheteur potentiel à acheter le bien en question dès lors que son offre est acceptée. Il peut évidemment refuser l’offre si l’acquéreur a proposé un prix inférieur. Le vendeur est obligé d’accepter l’offre si elle a été faite au prix du bien lorsque la vente se fait entre particuliers ou par l'intermédiaire d’un professionnel ayant un mandat de représentation.

    En revanche, s’il a signé un mandat de vente avec une agence immobilière, il peut refuser une offre au prix. Selon la loi, le mandat, même exclusif, donné à un agent immobilier lui confère seulement une mission d’entremise et n’a pas pour objet de le substituer à son mandat pour la réalisation de l’opération envisagée. Ainsi, l’offre d’achat au prix n’a pas pour conséquence de former la vente. Dans l’éventualité où plusieurs potentiels acquéreurs formulent une offre d’achat au prix, c’est au vendeur de choisir quel dossier lui convient davantage.

    Rétractation de l'offre d’achat faite par le vendeur ?

    Lorsque le vendeur accepte l’offre d’achat, il est obligé de vendre. Il est ainsi engagé vis-à-vis de l’acheteur et ne peut plus revenir en arrière. L’article 113 du Code civil dispose que le contrat est formé par la rencontre d'une offre et d'une acceptation par lesquelles les parties manifestent leur volonté de s'engager.

    Rétractation de l'offre d’achat faite par l'acheteur ?

    L’acheteur peut se rétracter après la rédaction de l’offre d’achat uniquement si le vendeur ne l’a pas encore accepté ! Une fois que celle-ci est validée, il est également engagé et doit attendre la prochaine étape, compromis ou promesse de vente, pour se rétracter.

    Le vendeur peut-il se rétracter après la promesse synallagmatique de vente ?

    La promesse synallagmatique de vente, ou compromis de vente, apparaît comme étant l’étape la plus importante d’une vente pour les deux parties. C’est un avant-contrat qui engage le vendeur et l’acheteur à conclure un acte de vente définitif selon des clauses prédéfinies : les clauses suspensives. Le délai établi en amont de la signature de l’acte authentique permet de réaliser ces événements qui conditionnent la vente.

    Rétractation du vendeur après une promesse synallagmatique de vente

    Le vendeur n’a aucun droit de rétractation après la signature du compromis de vente. Cela scelle ses engagements de façon ferme et définitive. Il est obligé de vendre son bien à l’acquéreur engagé sur l’achat du bien. A condition, bien entendu, que les conditions suspensives notées dans l’offre d’achat, telles que l'obtention du prêt ou la vente du bien de l’acquéreur, soient réalisées. S’il souhaite annuler la transaction, l'acheteur est en droit d'engager des poursuites judiciaires et de contraindre à la vente. Ainsi, il est conseillé aux propriétaires de bien réfléchir avant de mettre un bien en vente et d’accepter une offre d’achat.

    Rétractation de l'acheteur après une promesse synallagmatique de vente

    L’acheteur dispose d’un délai de rétractation de 10 jours, selon la loi Macron de 2015, après la signature de la promesse synallagmatique de vente, sans avoir à présenter de justification. Pendant cette période précise de 10 jours calendaires incompressibles, l'acquéreur peut revenir sur son engagement à l’aide d’une lettre recommandée avec accusé de réception. Cela lui permet d’analyser le pour et le contre de cet achat et d’analyser les documents annexes tels que le dossier de diagnostics techniques. Attention, l'acheteur doit se rétracter dans un délai de 10 jours à compter du lendemain de la première présentation de la lettre lui notifiant le compromis de vente (uniquement si le dossier est complet). Par exemple, si l’envoi recommandé de cette lettre a lieu le 10 mai, le délai est compté du 11 mai au 20 mai minuit. Dans cette configuration, les sommes versées par l’acquéreur lui seront intégralement restituées.

    Peut-on annuler un compromis de vente ?

    Comment résilier le compromis de vente à l'amiable ?

    Le vendeur ne peut en aucun cas résilier le compromis de vente. Mais comme rien n’est irréversible, il arrive que le vendeur, épris d’un immense regret, demande à l’acquéreur de résilier la vente à l’amiable. Il est rare que l’acquéreur accepte mais cela arrive lorsque les deux parties discutent et s’accordent sur des conditions. Naturellement, les sommes préalablement versées par l’acquéreur lui seront remboursées.

    En ce qui concerne l’acquéreur, si le délai de rétractation de 10 jours est passé, que toutes les conditions suspensives ont été réalisées, il aura la possibilité de demander au propriétaire d’annuler son achat, à l’amiable. Cela arrive en cas de décès, de perte d’emploi, etc. Si le vendeur n’accepte pas car il estime que l’acheteur se rétracte sans motif valable, le compromis de vente contient souvent une clause pénale prévoyant l’annulation de la vente et l’indemnisation du vendeur (à hauteur de 10% du prix de vente).

    En outre, si le compromis est annulé alors qu’aucune des conditions suspensives n’a empêché le bon déroulement de la vente, les frais d’établissement de la promesse versés au notaire pourront ne pas être remboursés. Pour que l’annulation ne soit pas considérée comme frauduleuse, les deux parties doivent également en informer l'administration fiscale.

    Comment demander la résiliation judiciaire du compromis de vente ?

    Si l’acquéreur refuse la résiliation à l’amiable, le vendeur peut entamer une procédure judiciaire à condition que l’acheteur ait manqué à l’une de ses obligations contractuelles mentionnées dans le compromis de vente. Le but étant de rendre légitime sa démarche… Le vendeur adresse à l’acquéreur une mise en demeure et les démarches peuvent être longues !

    Parallèlement, si le compromis de vente ne comporte pas de clause pénale, le vendeur pourra agir devant le tribunal de grande instance contre l’acquéreur afin de demander la vente forcée et le versement de dommages et intérêts.


    Les points à retenir

    • À partir de l’acceptation de l’offre d’achat, le vendeur ne peut plus se rétracter.
    • Le vendeur ne peut pas se rétracter après le compromis de vente si les conditions suspensives ont été remplies.
    • L’offre d’achat engage l’acquéreur qui ne pourra pas se rétracter si elle est acceptée.
    • L’acquéreur a un délai de 10 jours pour se rétracter après signature du compromis de vente.

    Cet article vous a-t-il été utile ? Oui Non
    Cet article vous a-t-il été utile ? Non Oui

    Cela pourrait vous intéresser

    Voir tous les guides
    Vendez votre bien.
    2 990€ de frais fixes.
    Homki s’occupe de tout !
    Découvrez notre offre